Le forum qui se la pète des BD-blogueurs modestes
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  GRIBOUZINE  Gribouill'Town  

Partagez | 
 

 Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DEM
Déballe ses cartons
Déballe ses cartons


Nombre de messages : 41
Age : 38
Localisation : Montbard, Côte d'Or, Bourgogne
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.   Jeu 26 Aoû 2010 - 13:44

Voici une série de tutos pour Gimp.
Afin de conserver le maximum de lisibilité, je vous demanderais de poser vos questions dans un autre sujet de votre choix. Et si vous voulez juste me dire que vous trouvez ça chouette, ou nul à pleurer, il y a un sujet exprès pour ça aussi.
Merci donc de ne pas poster vos réponses ici.

Tuto Gimp n°01, plan de travail et scanner
Bonjour,
voici le premier tutoriel de cette série dédiée à la colorisation avec the Gimp.
Tout le tutoriel est illustré par des prises de vues de mon plan de travail au cours du travail sur l'image. Pour accéder à ces images, cliquez sur les mots en gras qui jalonnent le texte.
Tout d'abord, nous allons commencer par ouvrir le programme, après l'avoir téléchargé, bien entendu.
Vous obtenez cette image, à quelques détails près. (le mien est mieux rangéSmile)
Ici sont regroupés dans trois fenêtres différentes tous les outils dont vous avez besoin pour travailler :
la boîte à outils : il s'agit de la fenêtre principale de Gimp, si vous la fermez, vous fermez le programme (Ctrl+Q). Elle regroupe les boutons des principaux outils de modification d'image ainsi que, dans la partie inférieure, des onglets de boîte de dialogues très utiles. Ici est représenté la fenêtre d'options des outils, qui affiche toutes les options disponibles pour l'outil que vous avez sélectionné (ici l'outil gomme.). L'onglet voisin est celui des brosses qui répertorie toutes les formes d'outil à votre disposition et vous permet d'en créer au besoin.
La fenêtre d'image : c'est ici que s'ouvrent les images sur lesquelles nous allons travailler. Les fonctions qui s'affichent dans la barre des tâches vont se révéler indispensables tout au long du travail. Avec le temps il deviendra bien plus aisé d'utiliser les raccourcis claviers. Gimp offre en effet une personnalisation des raccourcis très pratique. De fait, pour ce tutoriel j'ai dû créer un nouveau raccourci pour la fonction capture d'écran. J'ai ouvert la boîte de dialogue des raccourcis dans Edition>raccourcis clavier, puis j'ai recherché la fonction « Capture d'écran » (ça peut être long à trouver). Elle se trouvait dans la section greffons. Une fois trouvé, un clic sur « Désactivé » et je saisi « Ctrl+U » au hasard. Le programme l'accepte et je ferme la fenêtre : maintenant ça va capturer !
La fenêtre des Calques, Canaux et Chemins : la dernière fenêtre incontournable comporte d'emblée trois onglets. Le dialogue des calques, qui va nous servir à gérer les calques, les monter ou les descendre dans la pile et modifier leur propriétés, comme l'opacité ou encore les modes, pour ce que j'appellerai « les effets spéciaux » mais aussi pour la mise en couleur. Les canaux et chemins ne sont pas incontournables, mais peuvent être utiles pour des manips comme la déformation de texte. Il vous faudra ajouter un dernier onglet, l'historique d'annulation, qui va vous permettre d'annuler les dernières modifications sur l'image (Ctrl+Z). Cet onglet est nécessaire pour retrouver l'endroit ou l'on a commis l'erreur, car parfois ce n'est pas évident. Il est à noter que vous pouvez modifiez la capacité d'annulation de l'historique en modifiant la mémoire allouée à ce module dans Edition>Préférences, retrouvez ici mes propres réglages.

Maintenant que ceci est mis au point, nous pouvons passé à la première étape, le scanner !
Dans la fenêtre d'image, cliquez sur Fichier>Créer>Scanneur/Appareil photo... Choisissez votre scanner dans la liste qui apparaît puis saisissez vos paramètres pour la qualité d'image. Je scanne toujours mes images en niveaux de gris à 600 ppp (pixels par pouces) pour préserver le maximum de l'image. J'obtiens une image grisée et pas dans le bon sens. Le bon réflexe, c'est de l'enregistrer tout de suite : Fichier>Enregistrer (ou Ctrl+S). Une fois bien rangée, n'oubliez pas d'enregistrer régulièrement votre image.
Maintenant on va redresser l'image d'un quart-de-tour vers la droite : Image>Transformer>Rotation 90° sens horaire (vous pouvez accéder à Image en tapant Alt+I).
Nous avons donc une image de format A4 paysage. A 600 ppp de résolution c'est plutôt lourd. Nous allons donc redimensionner l'image à un format inférieur. Dans Image>Echelle et Taille de l'image, je sélectionne la taille en pour cent et j'applique une réduction à 40%.
J'enregistre cette image réduite sous un nouveau nom, afin de préserver l'original auquel je reviendrai ultérieurement : Fichier>Enregistrer sous ( ou Ctrl+Maj+S).
A présent je vais nettoyer mon image, et commencer par la séparer de l'Arrière-Plan, afin de dégager l'encrage et de pouvoir « glisser » mes couleurs dessous. Je sélectionne toute mon image (Ctrl+A) et je la coupe (Ctrl+X). Dans la fenêtre des Calques il y a un bouton en bas à gauche, qui ouvre le dialogue de Nouveau Calque. Je nomme ce nouveau calque encrage, il a la même taille que l'image et est transparent. Je colle alors ma sélection (Ctrl+V) et j'obtiens cette image. J'ancre alors ma sélection : Calque>Ancrer le calque (ou Ctrl+H) et j'enregistre. La fenêtre de Calque affiche alors ceci. Je vais maintenant nettoyer l'image en utilisant la fonction Seuil, qui range tous les pixels entre deux valeurs, noir ou blanc, afin de supprimer les gris. Dans Outils>Outils de couleurs>Seuil, on obtient la boîte de dialogue suivante. En cliquant simplement Valider on obtient ce résultat : on peut vérifier que l'encrage est bien propre. A présent on va retirer les pixels blancs de l'encrage en utilisant le bouton Sélection par Couleur. Il suffit alors de cliquer sur une région blanche du dessin et on obtient ceci. Il faut alors supprimer la sélection : Edition>effacer (ou suppr.). On annule ensuite la sélection : Sélection>Aucune (ou Ctrl+Maj+A) et on enregistre. Ainsi on obtient un calque transparent avec uniquement l'encrage, sous lequel on pourra insérer des calques où seront mises les couleurs.


Dernière édition par DEM le Jeu 26 Aoû 2010 - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demauritius.over-blog.com
DEM
Déballe ses cartons
Déballe ses cartons


Nombre de messages : 41
Age : 38
Localisation : Montbard, Côte d'Or, Bourgogne
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.   Jeu 26 Aoû 2010 - 13:45

Tuto Gimp n°02 : Calques, bulles et 2 cases pour le prix d'une.
Voici la suite du Tuto sur Gimp, avec un petit reminder que j'ai oublié dans la séquence précédente.
Important : le format d'enregistrement d'une image sous Gimp, avec tous ses calques, se fait avec la terminaison .xcf
Bonjour,
la semaine dernière nous avons vu comment nettoyer une image pour la préparer à recevoir la couleur.
Maintenant nous allons nous attarder sur la mise en page nécessaire des cadres, bulles et autres « effets » requis par le projet.
Tout d'abord, j'ai scanné une image, mais ma bd comporte deux cases. La première case est tirée de l'image scannée, elle constituera un « zoom ». Nous allons créer cette première case : pour cela on ouvre l'image en format original, que j'ai mis de côté la semaine dernière. Aprés lui avoir administré le même traitement de « nettoyage », j'obtiens ceci. Je choisi alors l'outil de sélection rectangulaire ( R ), afin de sélectionner la portion de l'image que je vais copié pour faire la première case. Je sais à peu près quelle région sélectionné car j'ai pris des repères sur le crayonné. J'obtiens ceci. Je copie alors cette sélection (Ctrl+C) et j'ouvre un nouveau document : Fichier>Nouvelle Image (ou Ctrl+N). J'inscris dans la fenêtre les dimensions requises pour la case, j'ajoute toujours 10 mm de marge de chaque côté. Je place des guides aux dimensions précises de la case afin de positionner correctement l'image que j'ai copié. Pour ce faire je tire les guides en cliquant dans les règles qui encadrent la fenêtre d'image : en haut je tire les guides horizontaux, à gauche je tire les guides verticaux. Pour bien placer du premier coup mes guides, je zoome toujours sur l'image (50% en général), et je pars des coins. Si vous n'avez pas les règles, vous les trouverez dans la commande Affichage>Afficher les règles (ou Maj+Ctrl+R). Je crée alors un nouveau calque « Encrage » (Ctrl+Maj+N) et je colle la sélection (Ctrl+V). Je dois la réduire pour qu'elle ait la même hauteur que la première image que j'ai réduite à 40%. Je calcule le facteur de réduction et j'opère la réduction avec la fonction Calque>Échelle et Taille du Calque. Une fois positionnée, j'ancre le calque et j'enregistre. Je vais maintenant créer un calque « Marquise » qui va me servir à créer un cadre blanc autour de la case, pour que je n'ai rien à effacer de l'encrage. Dans ce nouveau calque je fais une sélection rectangulaire en suivant les guides. J'inverse la sélection et je la remplis en blanc : Édition>Remplir avec la couleur d'AP. J'annule la sélection, j'enregistre et j'obtiens ceci.
A présent je vais placer un phylactère et du texte. Pour ce faire, je scanne une feuille sur laquelle j'ai dessiné les bulles et les « accessoires » visuels dont j'ai besoin pour ces deux cases (je les ai dessinés à partir du crayonné par transparence). J'obtiens un nouveau document que j'enregistre aussitôt. Je le place dans le sens de lecture avec une rotation à 90° sens horaire. Je lui applique alors un Seuil pour le nettoyer puis je sélectionne avec l'outil sélection contigüe (la baguette magique U) le contour de la bulle de la première case. Je copie (Ctrl+C) et je bascule vers la case 1 pour créer un nouveau calque appelé « Dial » et qui se place sous la marquise. Je colle alors ma sélection et lui applique une réduction de 40%. Puis je la positionne, j'ancre le calque, je remplis en blanc l'intérieur de la bulle en sélectionnant cette zone avec la baguette puis j'annule la sélection et j'enregistre.
Il ne manque plus dans cette bulle que le texte. Gimp gère les textes comme des calques, donc lorsque vous utilisez l'outil texte, Gimp crée automatiquement un calque. Si vous avez ouvert l'onglet d'Option des outils, comme préconisé dans la première partie, vous avez toutes les caractéristiques de votre texte qui s'affichent dans la fenêtre de la Boîte à outils. Vous pouvez choisir la police, la taille, la couleur, la justification et les interlignes. On écrit le texte dans la fenêtre de texte, si vous êtes amené à modifier le texte par la suite, il vous suffit de double-cliquer le calque sur la fenêtre d'image avec l'Outil Texte. N'hésitez pas à tirez sur les coins du calque lors d'une réécriture, si votre texte dépasse de la fenêtre originale. Cette case est maintenant prête à recevoir la couleur, on annule les sélections et on enregistre. Nous allons pouvoir nous occuper de la deuxième et dernière case.
Dans la première partie nous avons scanné et nettoyé cette case, maintenant il faut finir la mise en page, avec les effets à rajouter et une dernière bulle de texte.
Tout d'abord on crée une marquise en ajoutant un calque du même nom et en sélectionnant l'espace correspondant à la case en s'appuyant sur les guides. On obtient ceci. Nous allons maintenant importer les « effets » à ajouter à l'image pour créer la chute de l'histoire dans cette case finale. On retourne sur le document scanné précédemment et qui contient les « effets » susnommés. En utilisant l'outil baguette (U), on va sélectionner les différents traits composants ce motif. Pour ce faire je sélectionne aussi bien les traits noirs que les espaces blancs remplissant les flammes et les yeux. Pour ce faire vous pouvez sélectionner l'option ajouter à la sélection courante ou maintenir la touche Maj enfoncée lorsque vous faites votre sélection. On enlèvera les espaces blancs plus tard, pour l'instant cela va donner un aperçu de l'image final. On crée un nouveau calque dans l'image de la deuxième case pour recevoir ce motif, on appelle le calque « flamme », on y colle la sélection, on l'ancre et on enregistre. Après un positionnement avec l'outil déplacer (M), on obtient ceci. Il reste à faire la même chose avec les deux derniers éléments, la bulle de texte et l'onomatopée pour les flammes. On obtient ce résultat, avec la liste de calques suivante. A présent il ne manque plus que le texte dans la bulle. Il sera écrit en deux étapes, afin d'obtenir un calque spécifique pour une partie du texte qu'on retouchera ultérieurement. On en profite pour changer la taille du texte (de 2 à 3 mm) dans la deuxième partie, créant ainsi un effet de temporisation qui souligne la soudaineté de l'action. On obtient ceci, avec deux calques supplémentaires. N'oubliez pas d'enregistrer régulièrement.
Nos deux cases sont prêtes à être mises en couleurs, mais pour patienter jusqu'à la semaine prochaine, je vous propose de « monter » la séquence en noir et blanc pour avoir un aperçu.
Il s'agit de créer un nouveau document (Ctrl+N) de la largeur correspondante aux deux cases plus 3 mm pour le « caniveau » entre les cases et des marges variables (toujours 10 mm pour moi). Ensuite on place des guides correspondants aux cases et délimitant des surfaces identiques à celle de nos cases respectivement. On obtient ceci. On va créer deux calques sur lesquels coller les deux cases « C01 » et « Co2 ». On enregistre et on obtient ceci. Ensuite on va appliquer à chaque case le traitement suivant.
D'abord, pour éviter toute corruption du fichier, nous allons copier le document, la case 01 par exemple, en entier : Image>Dupliquer (ou Ctrl+D). Ainsi on a un document sans titre qu'il est impossible d'enregistrer à la place du document original. Ce nouveau document nous allons l'aplatir, Image>aplatir, c'est à dire fusionner tous les calques en un afin de pouvoir copier l'intégralité de l'image. C'est ici que les calques « intercalaires » comme la marquise trouvent leur justification : ils permettent d'avoir un aperçu du document « aplati » tout au long du travail. On obtient une image que l'on va sélectionner avec la sélection rectangulaire (R) en s'appuyant sur les guides. On peut la couper (Ctrl+X) et la coller dans le calque « C01 ». On obtient ceci. On applique le même traitement à la case 02 et on obtient la séquence finale.
Il ne manque plus pour parachever cette séquence que de tracer les cadres des cases. Pour ce faire on sélectionne d'abord la brosse avec laquelle on veut tracer les cadres. Gimp a d'emblée un échantillonage de brosses tout à fait pratique pour toute sorte d'usages. Personnellement j'ai créé moi-même la brosse qui est sélectionnée ici. Ensuite on crée un calque nommé « Cadres » dans lequel on va sélectionnez les surfaces des deux cases comme suit. Il n'y a plus qu'à tracer avec la fonction Edition>Tracer la sélection qui vous ouvre une fenêtre dans laquelle il faut sélectionner (au jugé) l'option « Tracer en utilisant un outil de peinture » et le crayon, c'est ce qui donne le trait le plus propre selon moi. Votre sélection se trace automatiquement, et après avoir annuler la sélection et enregistrer votre travail, vous obtenez ceci, pour peu que vous masquiez les guides avec Affichage>afficher les guides (ou Ctrl+Maj+T).
Nous avons maintenant deux cases prêtes à être mises en couleur et un aperçu du résultat final.
La semaine prochaine nous allons aborder la couleur avec la mise en couleur de la première case.

A la semaine prochaine pour la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demauritius.over-blog.com
DEM
Déballe ses cartons
Déballe ses cartons


Nombre de messages : 41
Age : 38
Localisation : Montbard, Côte d'Or, Bourgogne
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.   Jeu 26 Aoû 2010 - 13:48

Tuto Gimp n°03 : première case en couleurs, sélections et précision.

Bonjour,
voici la suite du tuto, avec la mise en couleur de la case 01.
En tout premier lieu nous allons passer en mode RVB : Image/Mode/RVB pour afficher les couleurs.
Ceci fait nous allons vérifier la netteté de l'encrage, car c'est à partir de ce dernier que nous allons sélectionner les différentes surfaces pour la mise en couleur. Comme cette image a été tirée de la case 02 et mise à l'échelle, il va falloir renforcer l'encrage. Ici on peut voir que l'encrage n'est pas tout à fait noir, ce qui risque de laisser des liserés gris autour des surfaces colorées. Il faut donc le renforcer, en utilisant la fonction sélection par couleur, dans le calque Encrage, on sélectionne le noir. Les régions grisées vont être sélectionnées de même car elles sont très proches (en valeur) du noir. Il suffit alors de remplir en noir pour renforcer l'encrage et obtenir ceci. Nous sommes alors prêt à commencer.
Personnellement mon approche de la couleur consiste surtout à rendre les différentes surfaces identifiables à l’œil. Chacun a une sensibilité différente, une vision de l'objet unique et une volonté de représentation personnelle. Je ne vais donc pas me lancer dans une recherche fastidieuse de nuances multiples et complexes, mais plutôt essayé de montrer ce que peut apporter Gimp en terme d'efficience pour une mise en couleur simple et néanmoins valable. Ayant à ma disposition deux cases, je montrerai dans la seconde une approche plus approfondie des nuances, mais pour l'instant, je vais coller à la technique standard que j'utilise, en gardant à l'esprit que c'est ici une version rapide.
Nous avons l'encrage vierge, et il va le rester, il n'est pas question de travailler directement les couleurs sur l'encrage, même si la sélection l'exclut. En effet la nécessité de retoucher une teinte, de rectifier une ombre impose d'utiliser des calques différents afin d'éviter tout risque de corruption de l'encrage.
Nous allons commencer par clarifier le champ de travail en décochant l'affichage des calques de bulle, de texte et la marquise. Une fois que seul l'encrage est visible, on crée un nouveau calque qui va s'appeler Tunique. Ce calque est placé sous l'encrage et je vais faire ma sélection, dans le calque Encrage, des différentes surfaces de la tunique.
Pour ce qui est des sélections, il faut savoir que leur affichage (le liseré clignotant) consomme énormément de mémoire vive. Essayez donc de travailler sur vos sélections le plus possible sans les afficher. Une fois toutes les régions désirées sélectionnées, décochez l'affichage de la sélection dans Affichage/Afficher la sélection ou avec la commande Ctrl+T. Utilisez cette astuce surtout lorsque vous vous apprêter à faire un zoom ou à déplacer l'image.
Si j'ai choisi de commencer par la tunique, c'est parce que celle-ci est barrée sur toute sa longueur par la corde de l'arc, et que mon encrage s’interrompt systématiquement pour souligner la présence de la corde. Sélectionner les régions à droite de la corde est très facile, puisque les traits se ferment, délimitant des régions précises que l'outil sélection contigüe (U) n'a aucun problème à sélectionner. Mais les choses se corsent lorsqu'il s'agit de sélectionner les régions du côté où les traits s'interrompent avant de toucher la corde. Personnellement j'ai tendance à ne pas fermer mes traits lorsque je dessine, mais pour la mise en couleur je me force à fermer les traits pour m'épargner la petite manip supplémentaire que je vais vous expliquer ici. Il s'agit de sélectionner toutes les régions dont on a besoin et ensuite de fermer les contours de l'objet désiré (ici la tunique), non pas à l'aide du crayon noir, mais avec la couleur désirée pour l'objet. Nous sommes donc toujours dans le calque Encrage et je sélectionne toutes les régions restantes sans me préoccuper des débordements inévitables. Je vais maintenant sélectionner la couleur approximative dont je désire parer la tunique en cliquant dans la case de couleur de premier plan dans la boîte à outil, j'obtiens cette boîte de dialogue. Je sélectionne la couleur désirée et je valide. J'utilise alors l'outil crayon pour fermer les contours de la tunique sur l'épaule droite et dans le bas, autour de la ceinture et le long de l'ourlet. En utilisant le crayon sur l'encrage, dans les limites de la sélection, on ne touche pas à celui-ci puisque il est exclut, mais le contour est maintenant fermé et on peut exclure alors les régions limitrophes inclues au départ pour se retrouver avec la stricte sélection de la tunique : cliquez dans les régions non désirées en maintenant le bouton Ctrl enfoncé. On obtient donc ceci. Pour ne pas travailler les couleurs sur l'encrage on va couper la sélection et la coller dans le calque Tunique. Mais il faut remplir d'abord la sélection en couleur pour conserver les contours lors de l'ancrage de la sélection. On remplit donc la sélection avec la couleur désirée dans le calque Encrage. Puis on coupe la sélection (Ctrl+X) et on la colle dans le calque Tunique (cliquer sur le calque et Ctrl+V). On ancre la sélection et on enregistre. C'est ici que réside un des avantages de la séparation des calques, pour resélectionner l'intégralité des régions de la tunique, il suffit de cliquer avec la baguette magique dans la région transparente et d'inverser la sélection (Ctrl+I). Il est à noter que si vous restiez sur l'encrage, il faudrait cliquer chaque région séparément ou utiliser l'outil de sélection par couleur, sachant que si vous multipliez les teintes sur la surface, la sélection devient très difficile.
A partir de là je vais travailler sans afficher la sélection et commencer par modifier la teinte, qui est un peu trop claire. Pour l'instant, je vais me contenter d'appliquer une seule teinte par objet, sans dégradés. Mais, pour ne pas trop multiplier les calques (non plus), je décide d'ajouter la teinte des pantalons sur ce calque (faciles à sélectionner puisque bien fermer) et je colore aussi les ourlets aux manches, cou et bas de la tunique. J'obtiens ceci, avec un titre de calque facilement modifié (il suffit de double-cliquer dans la fenêtre de calque sur le titre à modifier). Après avoir sélectionner les régions des pantalons (vive les hachures) dans l'encrage je bascule dans Tunique+Pant et j'applique la teinte choisie.
Ceci fait, je passe à un nouveau calque : Métal. Je vais y travailler les manches de la cote de mailles, l'ornement de ceinture, les épaulettes, le casque, ainsi que le cerclage de l'arc. De la même manière je sélectionne dans Encrage toutes les régions sus-nommées et je les remplis dans le calque Métal. Je continue avec le calque Arc+Cuir+Flèche, qui comprend 4 teintes : le cuir du carquois et des sangles et ceintures, le bois de l'arc et des flèches, l'empennage des flèches et les boucles de ceinture et harnais. Je poursuis avec le calque Skin+Natte pour mettre en couleur la peau et la natte du personnage. Enfin je finis avec le calque Fond, qui va se placer tout en bas de la pile. Pour cette sélection, je vais commencer par sélectionner tout le fond délimiter par les guides avec la sélection rectangulaire ( R ). Puis dans le calque Encrage je vais utiliser l'outil sélection contigüe avec l'option intersection avec la sélection courante (Maj+Ctrl). Ce qui va me permettre de sélectionner sans difficulté la portion d'aile supérieure. Ensuite je n'ai plus qu'à sélectionner le reste des régions du fond ainsi que le fragment de patte visible. Une fois la teinte du fond déterminée, je remplis toutes les régions avec et j'ai ainsi le loisir de faire mes sélections pour les fragments d'aile et de patte directement dans le calque Fond. J'obtiens finalement ceci.
A ce stade, tous les objets sont dûment caractérisés. Néanmoins l'encrage, bien qu'il soit complet, ne suffit pas à donner toute la profondeur nécessaire à l'image. C'est pourquoi nous verrons ultérieurement comment, avec deux calques, judicieusement paramétrés, on peut ajouter facilement toute une palette de nuances en respectant la teinte d'origine de chaque objet et sans utiliser de nouvelles teintes.
A bientôt avec la fin de la colorisation de la case 01 et peut-être celle de la case 02.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demauritius.over-blog.com
DEM
Déballe ses cartons
Déballe ses cartons


Nombre de messages : 41
Age : 38
Localisation : Montbard, Côte d'Or, Bourgogne
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.   Jeu 26 Aoû 2010 - 13:49


Tuto Gimp n°04 : ombres, lumières et effets spéciaux.

Bonjour,
la semaine dernière la case 01 a été mise en couleur en aplats plus ou moins adaptés aux différentes textures à représenter.
Maintenant, l'ajout de quelques nuances pourrait rendre une profondeur plus qu'agréable à l’œil. Dans la mise en couleur de la case 02, j'essaierai de montrer le rendu obtenu en multipliant les nuances dans les calques de couleur, afin d'enrichir la palette de couleurs. Mais pour l'instant je vais laisser les aplats comme ils sont et passer à une touche finale, qui va consister à apporter des nuances aux jeux d'aplat en manipulant les propriétés des calques. Cette technique permet d'approfondir le travail des nuances sans l'exclure, loin de là.
En utilisant les deux valeurs extrêmes que sont le noir et le blanc, je vais ajouter un jeu d'ombres et de lumières aux couleurs déjà existantes.
Nous allons commencer par créer un nouveau calque qui va se placer entre l'encrage et les autres calques de couleurs. J'appellerai ce calque Ombres.
Avant de travailler sur ce calque, on va modifier le mode du calque : en cliquant dans le menu déroulant du mode dans la fenêtre de calques, on obtient une liste assez longue de modes offrant tous des paramètres qui vont modifier l'affichage des pixels du calque par rapport aux pixels des calques inférieurs. Le but ici étant de modifier l'affichage du calque de telle manière que pour une même nuance, le noir, la nuance des pixels recouverts soit apparente à la surface. Pour cela on choisit le mode Fusion de grain. Ainsi les pixels noirs vont fusionner avec les pixels sous-jacent et rendre une valeur plus noire de la même teinte. Ce qui permet de travailler les ombres sur toutes les teintes en n'utilisant qu'une seule couleur.
Évidemment, appliquer cette technique à une surface déjà nuancée va immensément approfondir l'image. Mais ce travail appliqué sur des aplats permet d'obtenir rapidement des nuances « suffisantes » dans un temps raccourci.
Maintenant que le calque est prêt, on va pouvoir travailler les ombres en n'utilisant que la couleur noire. On peut travailler directement sur le calque d'Ombres sans aucune sélection, mais je préfère utiliser les sélection afin d'avoir des ombres plus précises et éviter que l'ombre de l'arrière plan ne déborde sur le premier-plan ou inversement.
Je vais donc commencer par aller sélectionner dans le calque Fond la couleur d'arrière-plan afin de travailler les nuances. Je vais travailler un simple dégradé avec l'outil Aérographe (A). Cet outil est pour moi le plus adéquat pour travailler les nuances, puisqu'il offre la capacité de nuancer la teinte dans l'utilisation même de l'outil. Si vous utilisez une tablette graphique, Gimp offre des options qui prennent en compte la pression du stilet et sa vitesse sur la tablette pour personnaliser le rendu au maximum. Personnellement j'aime aussi personnaliser mes brosses pour obtenir un rendu très doux qui permet de fondre les nuances les unes dans les autres. Vous trouverez ici des réglages de brosses pour vous donner un aperçu de ce qu'on peut faire. Pour la surface considérée, qui est assez étendue, le mieux est d'utiliser une très grosse brosse, facile à obtenir en modifiant le facteur d'échelle dans l'option de l'outil Aérographe (voir plus haut). Il faut savoir aussi que manipulé une brosse de grande taille requiert beaucoup de mémoire vive, ce qui peut amener Gimp à planter, donc je vous recommande d'enregistrer votre travail avant d'utiliser une grosse brosse, et de désactiver l'affichage de la sélection.
Ceci fait, on peut passer au dégradé à proprement parler, qui profite ici d'une touche « à la main » assez différente dans le rendu de la fonction dégradé (Maj+G). On obtient ceci. On sélectionne ensuite les surfaces de l'aile et de la patte, assez éloignée pour être travaillée en même temps sans déborder l'une sur l'autre. Comme on travaille dans des sélections, on peut toujours effacer son travail en utilisant la touche Suppr sans toucher aux autres ombres déjà travaillées, ce qui évite de devoir utiliser la fonction Annuler (Ctrl+Z) un grand nombre de fois si on a multiplier les touches d'Aérographe, ce qui arrive facilement. On obtient alors ceci.
On va travailler ensuite sur les autres calques en faisant des sélections générales comme lors de la mise en aplats. Une fois la sélection déterminée, on va voir que chaque nuance est respectée et « ombrée » de manière homogène.
Une fois toutes les ombres placées, on va réitérer ce travail avec la couleur blanche dans un nouveau calque appelé Lumière. Ce calque sera lui aussi en mode Fusion de grain, le but ici étant de souligner certaines portions de surfaces pour renforcer le modelé des couleurs et leur contraste.
Ce faisant, je remarque que le rendu du métal n'est pas le meilleur possible avec cette technique : cela manque un petit peu de brillant. Je décide donc de créer un nouveau calque SFX dans lequel je vais retravailler le blanc du calque Lumière sur le métal. Pour ce faire je coupe (Ctrl+X) la sélection du calque Métal dans le calque Lumière et je la colle (Ctrl+V) dans le calque SFX. Je renouvelle la sélection et je vais la modifier afin d'augmenter le fondu du contour pour donner une plus grande impression de luminosité. J'utilise pour cela la fonction Adoucir : Sélection/Adoucir. Dans la fenêtre de dialogue, je spécifie un adoucissement du contour de la sélection de 12 pixels. Compte tenu de la taille de la sélection c'est suffisant. Je remplis ensuite la sélections en blanc jusqu'à être satisfait du résultat. Notons qu'ici, le mode du calque SFX est Superposer, qui donne un meilleur rendu pour cet effet que le mode Fusion de grain. On obtient donc ceci, avec un meilleur contraste sur les parties « métalliques ».
Le travail sur cette case est donc terminer, en rajoutant les calques de marquise, bulles et textes on obtient l'image finale suivante.
A la semaine prochaine pour la mise en couleur de la case 02.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demauritius.over-blog.com
DEM
Déballe ses cartons
Déballe ses cartons


Nombre de messages : 41
Age : 38
Localisation : Montbard, Côte d'Or, Bourgogne
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.   Mer 8 Sep 2010 - 15:39

Tuto n°5 : 2e case et fin



Bonjour,
aujourd'hui nous allons mettre en couleur la case 02 et terminer ce tutoriel.
La mise en couleur de la case 01 a déjà abordé la majeure partie des "trucs" que j'utilise pour mettre rapidement en couleur une case de bd. La mise en couleur de la case 02 va donc être techniquement très semblable. La différence est que je vais travailler beaucoup plus chaque calque de couleur, afin d'ajouter des nuances dans ce qui n'était auparavant que des aplats de couleurs.
Mais revenons tout d'abord à cette fameuse case 02. La case est en noir et blanc et porte déjà tous les éléments nécessaires dans l'image. Il y a la Marquise, le Texte, la Bulle et une Onomatopée. Nous allons mettre ces éléments de côté. Puis nous allons aussi ôter le fond blanc, le damier gris reposant plus les yeux et permettant de tout de suite voir les problèmes de remplissage éventuels. On obtient ceci avec la liste de calques suivante.
Je vais commencer par travailler le personnage, ce qui nous donnera tout de suite un aperçu comparatif. Je crée donc un Nouveau Calque (Maj+Ctrl+N) Tunique. Dans le calque Encrage je sélectionne la surface de la tunique ( comme vous vous pouvez le voir le motif de Flamme n'est pas visible ici.) et je le remplis en blanc pour le couper et le coller dans le calque récemment créé. Ensuite je vais utiliser une fonction incontournable en bd ( pour avoir les mêmes couleurs d'une case à l'autre), la fonction pipette (O ) qui permet de reprendre les couleurs à partir d'une image. Pour ce faire j'ouvre le document de la case01, je sélectionne le calque de la Tunique et je clique dans la surface colorée. Je vois alors la couleur choisie apparaître dans la fenêtre de couleur de premier plan ( dans la Boîte à outils). Il vaut mieux alors enregistrer la couleur : elle apparaît dans la fenêtre mais n'est pas dans l'historique des couleurs. Il faut alors ouvrir la fenêtre de Modification de la couleur de premier plan ( cliquez sur la couleur) et cliquez sur la flèche à gauche de la liste. Après avoir rempli la sélection avec la couleur de base, on va pouvoir travailler sur un plus large panel de nuances.
En appliquant cette recherche à toutes les couleurs du personnage, on obtient un résultat quelque peu différent de la mise en couleur rapide de la case01.
Il reste encore beaucoup d'éléments à travailler, mais comme la majeure partie des techniques à déjà été abordée, je me contenterais de passer au résultat final. Ici on peut voir le travail obtenu par un approfondissement des nuances. Mais personnellement je me suis vite rendu compte que rien n'est jamais parfait et que je manquais souvent de recul par rapport à l'image complète. C'est pourquoi, après avoir travaillé minutieusement chaque surface, je reprends l'image en entier et ajoute la touche final avec les calques d'Ombres et de Lumières présentés dans le tuto précédent. Et voici le résultat plus équilibré, à mon avis. Vous pouvez avoir un aperçu du nombre de calques en cliquant ici, et (et oui il y en a beaucoup).
Nous avons donc terminé la mise en couleur de notre petite bd en deux cases.
Je conçoit tout à fait que ma mise en couleur puisse paraître légère à certains, mais j'espère en tout cas que cet exercice vous aura donner, si ce n'est l'envie, au moins une première impression de l'utilisation du logiciel The Gimp et de ces capacités dans l'aide à la mise en couleur pour la bd.
Merci de m'avoir suivi jusqu'ici et au plaisir de vous servir à nouveau.

P.S. : Pour toutes questions ou remarques, veuillez créer un nouveau sujet dans le forum ou me contacter directement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demauritius.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tutoriel sur the Gimp : prise en main et mise en couleur BD.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prise en main d'un N9, le clone du E7
» prise en main du FZ38
» Prise en main reflex
» prise en main fz28
» Prise en main Lightroom 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GRIBOUILLELAND :: Notre Communauté :: L'atelier :: Gimp-
Sauter vers: